Réduire
 
 
 
Le Patrimoine > L'Eglise
 
 
L'église du XIe siècle.
 
                                  
        
L’église de SAINT-GERMAIN-VILLAGE, érigée à la fin du XIè siècle, serait construite sur l’emplacement d’un ancien sanctuaire détruit par les invasions normandes. A l’origine c’est un édifice à trois nefs de six travées chacune, débouchant sur un transept.
 
Le chœur, long de deux travées se terminait par une abside semi-circulaire. Il était orienté au levant d’été, sans doute, selon un usage traditionnel à l’époque, vers le point de l’horizon où le soleil apparaissait le jour de la fête du titulaire (St Germain le 31 Juillet).
 
Le chœur était flanqué de collatéraux pourvus d’absidioles en hémicycle. Une tour de pierre surmontait la croisée du transept.

Au XIVè siècle intervinrent les premières modifications apportées à cet ensemble. L’abside principale fut démolie et remplacée par un chevet plat, percé d’un fenestrage flamboyant à six lancettes; l’absidiole sud fit place à une chapelle plus vaste où se remarque un trais jolie piscine Renaissance. On ouvrit de grandes fenêtres dans le pignon du transept et l’on procéda à la reconstruction de la partie supérieure de la tour du clocher.
 

Au cours de la première moitié du XIXè siècle, on abattit le pignon ouest ainsi que les trois premières travées de la nef. On entreprit de rehausser les murs des basses nefs dont les nouvelles obturent en partie les fenêtres hautes de la nef principale; enfin, on ouvrit ici et là de nouvelles baies.

Le début du XXè siècle, on perça dans le mur Ouest une fenêtre reproduisant assez fidèlement celle de l’ancien pignon et on érigea, pour servir d’accès à l’église, un portail du XIIè provenant de l’ancienne église de Notre Dame du Pré.


L’architecture intérieure de l’édifice est remarquable de simplicité. Le chœur, voûté d’arêtes, présente une élévation à trois niveaux séparés par des bandeaux, les deux premiers ornés d’arcatures aveugles, le troisième percé de baies en plein cintre encadrées de fines colonnettes, décor que l’on retrouve aux fenêtres du haut transept.


D’étroits passages, aujourd’hui aménagés en placards, permettaient jadis de relier les absidioles au chœur.


Plus modeste, la nef ne comporte que deux étages, le premier constitué par les grandes arcades à deux rouleaux dont les chapiteaux sont ornés de feuillage, d’animaux ou de personnages, le second par des fenêtres hautes dépourvues de colonnettes.

 

A l’extérieur, les tablettes des larmiers abondamment décorés sont supportées par des modillons sculptés représentant des masques de personnages ou des têtes d’animaux, à moins que ce ne soient de simples motifs ornementaux. Les fenêtres du transept sont encadrées de minces colonnettes.

Sur chaque face de la tour du clocher s’ouvrent deux baies géminées en tiers-point.

                                                                                                                                                 Documentation "Orgues et Pierres"
 
 
                                                            Gisant d'un seigneur en pierre,datant du XVème  .
 
Richard de Malortie
Rendit de grands services au roi Charles VII au cours de la guerre
de 100 Ans.
Il fit de grands dons à cette église et mourrut dans la seconde
 partie du XV ème
Aucune inscription n'a été relevée sur ce monument.
                                                      
 
        VITRAUX DE 1878                                                      PORTRAIT DE SAINT-GILLES
 
 
 LightboxGallery
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT
ANGELOT